jeudi 4 juin 2009

Chapeau bas messieurs les anglais !

Pour une fois, je vais rendre hommage à nos meilleurs ennemis. Les anglais sont magnifiques, ils ont tout inventés le rugby, la sauce à la menthe et le fair-play.

Ce billet est la conclusion du précédent, où je vous comptais le comportement de l'équipe de Northampton et le grand courage de leur deuxième Lawes, qui n'hésite pas plein de fierté, de noblesse et d'abnégation à massacrer des mecs qui font 50 kg de moins que lui, qui plus est ne le faisant pas dans l'action mais quand ceux-ci n'ont plus la balle depuis 10 secondes où lorsqu'ils ont quitté les limites du terrain. Ils sont alors pleinement relâchés et c'est un beau geste de leur rentrer dedans alors qu'ils ne s'y attendent plus. Quel courage, je pense que Morgan Parra pendant les longs mois que va lui coûter sa convalescence pour essayer de remettre à l'endroit son épaule pensera souvent plein d'admiration au courageux Mister Lawes, grace à lui il peut rester tranquillement à la maison plutôt que d'aller affronter les all blacks une petite équipe peu intéressante du sud Pacifique, il n'a pas besoin d'inventer une excuse bidon pour le staff de l'équipe de France. Tout va bien.

On pouvait espérer que pour ces deux gestes d'une grande élégance Mister Lawes aurait droit lui aussi à quelques vacances données par l'ERC, et bien non ! Cette noble institution, tout comme l'International Board, toutes deux dirigées par des français dont le courage n'a d'égal que le patriotisme ne l'a pas voulu. Bien plus injuste, ce sont deux joueurs de Bourgoin, deux sales gueux de bouffeurs de grenouilles qui bénéficient de telles largesses. Frier et Genevois viennent de se voir offrir trois semaines de vacances.
Genevois, car il n'a rien compris, il a cru bon de mettre un bon gros pougnack au dénommé Lawes après que celui-ci ait démonté le petit Parra, et comment l'a-t-il fait ce rustre, d'une façon grossière, les yeux dans les yeux, enfin un peu plus bas, car l'anglais lui rendait une bonne tête, et sous les yeux de l'arbitre. Quelle vulgarité, pourtant les anglais lui avaient bien montré pendant tout le match, comment faire des fourchettes, des coups de genoux en dessous, sur un mec coincé, ne pouvant se défendre... Lawes a bien sûr répliqué, sachant qu'en rugby, celui qui répond est au moins aussi fautif que celui qui commence mais rien à faire, l'arbitre injsute ne lui a rien accordé.
Et Frier il se serait battu avec le pilier écossais de Northampton : Murray ou Evans je ne sais plus. Quelle injustice, nos amis anglais ont beau eu tout faire pour frapper devant ou derrière l'arbitre : la clé au cou du talonneur sur Boyet est quand même un modèle du genre, le dit pilier écossais n'a jamais donné sa part au chien, le seul de Northampton qui a eu droit au faveur de l'arbitre irlandais est son compatriote Best, qui s'est dépensé sans compter pour n'obtenir qu'un misérable carton jaune.

Trop d'injustice c'est trop.

L'an prochain il faudrait faire plus simple, pas la peine de calculer, de forcer nos deux présidents français lécheurs de bottes à des contorsions, malgré toute notre mauvaise foi, nous ne leur arriverons jamais à la cheville, laissons les faire la, LEUR coupe d'Europe tous seul !

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]

<< Accueil