dimanche 7 février 2010

La revanche du Morse


Je ne m'y connais pas trop en beauté masculine, mais je pense que pendant les hymnes, le Bastareaud avec ses moustaches tombantes, ses yeux mi-clos, son acné juvénile, son regard à la Droopy, son air de (faux) grassouillet il ne faisait pas rêver les midinettes, dans le style black beauty, je pense que le capitaine Thierry est vachement plus un beau mec.

Il y a quelques mois après son épisode néo-zed, j'avais peur que sa carrière soit brisée, je ne l'espérais pas si tôt de retour en équipe de France. Et bien il a été là et bien là, le Bastareaud, que j'avais surnommé Crétino, mais pour qui j'ai toujours gardé de la tendresse. Un premier essai, où il a le mérite d'être bien placé et pas maladroit, un deuxième où il fait montre d'une accélération qui surprend pour son poids, et d'une feinte de roublard qui associé à sa puissance montre que nous tenons notre Lomu. Mais plus que cela c'est ses déblayages dans les rucks qui m'ont plu, sa manière de soulever l'air de rien le quintal d'écossais... plus facile à éviter que la table de nuit (je suis méchant mais je n'ai pas pu m'en empêcher, je ne taquine que ceux que j'aime bien).

En dehors du phénomène, que dire, un pack impressionnant mais qui demande à être revu face à des plus gros, des pilars et des talons en forme, Fufu, et Fall peut être pas au niveau, Jauzion qui a trop rentré dedans, il l'a bien fait mais ne fallait-il pas faire autre chose, Parra qui a oublié ses 3/4, une deuxième mi-temps décevante après les promesses de la première...

... rien d'autre ?

Si, quelque chose, je n'ai pas encore parlé de l'homme du match, encore mieux que le petit Mathieu : capt'aine Nalet, même si ce n'est plus lui le chef officiel, il a fait preuve de courage, d'une rage dans la défense, d'un talent d'organisation dans le jeu au prés qui font plaisir. Bravo Lionel.

6 commentaires:

À 7 février 2010 à 11:54 , Blogger Nathalie a dit...

La midinette que je ne suis plus ne se pâme pas devant le minois de Mathieu mais la fan de rugby si.
Ce joueur va devenir sûrement un très grand centre. Malgré ses 111kg, il court comme un lapin, impressionnant.
Morgan Parra aussi, plus à mon goût, à fait un bon match.

Dommage que la deuxième mi-temps ai été moins intéressante.

Nathalie

PS: Je passe sur votre blog pour vous dire aussi mon désappointement devant vos passages répétés sur les blogs des copines (dialogue avec une cigogne) et voilou sur le mien.
Je crois que je vais aller bouder dans mon coin...bouuuuuuuuuh !!!!

 
À 7 février 2010 à 12:11 , Blogger Jean-Vital de Monléon a dit...

Comme tous les joueurs issus de Bourgoin, j'aime bien le petit Parra quia été junior à Dijon en plus, il a été vaillant et courageux mais là je trouve qu'il n'a pas assez ouvert, alors que nos 3/4 avaient l'air d'avoir de la dynamite dans les pattes !

Bon ne boudez plus je suis allé faire ma BA.

 
À 7 février 2010 à 12:57 , Blogger Nathalie a dit...

Merki...
Ne vous inquiétez pas, je ne vous importunerai plus.
Mais je vais continuer à lire vos posts ici et ailleurs.

 
À 8 février 2010 à 08:18 , Anonymous Valé a dit...

Jules né en Haïti et rugbyman en herbe de 5 ans et demi (futur talonneur ;-))) est tombé en admiration devant Bastareaud qu'il a regardé jouer dimanche avec ses éducateurs et copains du club... Je crois qu'il a trouvé là son "étoile noire"... Et côté black beauty, maman est d'accord avec vous : le capitaine Thierry pointe en tête, pas loin devant Fall ;-)))
Et juste vous dire que je prend autant de plaisir à vous lire ici...

 
À 9 février 2010 à 13:10 , Anonymous Lorène a dit...

Oh Valé, j'ai l'impression de lire mes écrits à propos de mon fils ! 8 ans, rugby aussi depuis cette année, en adoration devant la star noire du SF, son équipe !

 
À 14 février 2010 à 00:39 , Anonymous Bernardo a dit...

J'aime bien la comparaison avec le morse (t'a bien fait de ne pas parler de phoque)... Bien d'accord sur le poids (moral) de Bastaraud au sein de l'équipe. Il en mobilise 3 à tout moment, ça fait de la place pour les autres.

Pour revenir à ce match, je comprends mal comment après avoir marché sur la tronche du pack écossais à un point tel (on pourrait peut-être parler de Domingo qui a massacré 2 piliers écossais à lui tout seul), on n'en arrive qu'à un score aussi étriqué (et on a eu de la chance qu'ils ne savent pas finir leurs attaques, sinon...).

Je viens de voir le match contre l'Irlande. Trois essais qui font un bonheur fou à toute l'équipe (du 1 au 15, on est tous heureux de marquer cahcun de ces essais car on y a participé !). Dommage que Trihn Duc vendange un essai par gourmandise (comme contre l'Ecosse).
Là aussi, le travail du 5 de devant fait la différence. On en reparle quand tu rentres de vacances. T'as loupé les 2 matches les plus intéressants jusqu'à maintenant (Galles Ecosse était pas mal non plus : ouverture à outrance et étonnant non-match des Gallois pendant 1 heure).

 

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]

<< Accueil